Emmanuelle Collas

  • Prix Goncourt des lycéens 2020.
    Finaliste du Prix Goncourt 2020.
    Prix Orange du livre en Afrique 2019.
    Prix de la meilleure auteure africaine 2019.

    Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.

    Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée a` son amour pour être mariée a` l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin. Patience !

    C'est le seul et unique conseil qui leur est donne´ par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. » Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles a` se libérer ?

    Mariage force´, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djai¨li Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.

    Née en 1975 dans l'extrême nord du Cameroun, Djai¨li Amadou Amal est peule et musulmane. Mariée a` 17 ans, elle a connu tout ce qui fait la difficulté de la vie des femmes au Sahel. C'est une conteuse hors pair.


    « Un roman bouleversant racontant le destin de deux femmes du nord du Cameroun, peules musulmanes, à qui on n'assigne qu'une seule place : épouse soumise au mari désigné dès l'entrée dans la puberté. Amal sait pourtant que l'espoir, même infime, existe. Et cet espoir a un nom : éducation. » Source : PARIS MATCH.

    « Djaïli Amadou Amal est une conteuse qui, tout en laissant se poser la voix de ses personnages, fait tout autant entendre la sienne, en murmure subtil. » Source : LE POINT.

  • Omar Khayyâm, poète persan du XIIe siècle, est l'un des savants les plus célèbres de son temps. Ce personnage, dont la vie est entourée de mystères, était mathématicien, astronome et philosophe. Mais la tradition a également conservé de lui un recueil de quatrains poétiques, qui n'ont pas été publiés de son vivant en raison du fanatisme et de la superstition de l'époque. Qu'il soit l'auteur de tous ces quatrains ou non, les plus anciens, publiés en 1341 sous le titre Compagnons des hommes libres, sont l'oeuvre d'un grand poète dont l'inspiration est étonnamment moderne et avant-gardiste.
    Sans cesse, Omar Khayyâm prêche la jouissance et l'oubli de tout sauf de l'instant, bien avant le carpe diem de Ronsard ou le memento mori que l'on retrouve chez Beaudelaire. Si les quatrains d'Omar Khayyâm tiennent du prodige, c'est qu'ils ne parlent que de mirages.
    Nouvelle traduction ou comment ne pas être persan. La difficulté de la traduction tient à toujours vouloir être dans la ressemblance. Or le persan, enclin à la préciosité, aux allitérations, aux jeux de mots, aux calembours ou aux non-dits, est difficile à traduire. D'où le choix de cette nouvelle traduction. Des poèmes, oui mais en français. Une nouvelle traduction comme une invitation à retrouver l'ivresse des quatrains à l'odeur de rose - où le vin même avait cette odeur - qui enchantèrent la première jeunesse du traducteur, Patrick Reumaux, né sur les hauteurs d'Alger. Écrivain, poète, il a reçu de nombreux prix notamment pour ses traductions de la poésie du monde entier.

  • Babylift

    Collectif

    Recherche? pour meurtre, Sean, adolescent de 17 ans, est en fuite. Il est amoureux de May, sa soeur jumelle, rescapée comme lui d'un terrible accident d'avion au Viêtnam a` l'âge de 2 ans. Le village ou` les enfants adoptés ont grandi est sous le choc. La presse parle de folie criminelle. Pour défendre Sean, l'avocat commis d'office déterre une affaire jamais élucidée qui change a` jamais la vie de son jeune client. May se lance alors dans une quête vertigineuse des origines en compagnie de Julien, ancien militant pacifiste. Sur les routes du Viêtnam, leur périple les mènera de révélations en révélations au coeur de l'amour d'une mère. Un roman d'investigation inspire? de l'histoire vraie du Babylift, opération d'évacuation d'orphelins a` la fin de la guerre du Viêtnam en avril 1975.

  • Comment réinventer le voyage de Philéas Fogg imaginé par Jules Verne ?
    Un monde inimaginable près de la côte bling-bling de Miami. Des habitudes alimentaires étranges au Malawi. Une attirance fatale à la fin d'un déjeuner au pied de la montagne Rouge à Tenerife, Léonard de Vinci et Rimbaud ont-ils goûté l'afélia et les loukoums du Troodos à Chypre ? Comment contourner l'interdiction de se rendre en Corée du Nord. Les oranges de Malte. L'art de découvrir un manoir normand en pleine cordillère des Andes. Voici quelques titres évocateurs du voyage au long cours de Pierre Bignami et William Navarrete, dont les escales sont nombreuses, non exhaustives et aventureuses.
    Départ de Nice, retour à Nice. Un voyage culinaire et gastronomique, qui nous conduit de la Ligurie à la Sardaigne, en Italie et en Sicile, de Malte à la Grèce et à la Turquie, sans oublier Chypre et Israël, puis l'Arabie, le Malawi ou la Réunion, l'Inde, le Vietnam et la Corée du Sud, le Mexique, Cuba, la Colombie, le Pérou ou la Bolivie, Tahiti, la Nouvelle-Orléans et la Floride, puis le Canada, ou encore les Iles Canaries, le Maroc, le Portugal et l'Espagne, enfin l'Autriche et la Pologne avant de revenir dans les Alpes Maritimes. Un itinéraire plutôt surprenant, où la littérature et l'Histoire sont toujours au rendez-vous. Sous forme de nouvelles ou de récits, Le tour du monde en 80 saveurs est une invitation à la découverte des couleurs, des odeurs, des goûts et des saveurs par deux gourmands complices, curieux et vagabonds.
    Explorateurs de cuisine et de gastronomie, en solo ou en duo, ces deux chroniqueurs des saveurs d'ici et d'ailleurs racontent anecdotes et souvenirs cumulés en trente ans autour du monde. Un voyage heureux et généreux, subjectif et drôle, dont les récits finissent toujours par une recette à la Perec, facile et qui donne envie.
    Pierre Bignami a parcouru le monde en tant que personnel navigant après avoir vécu longtemps en Asie du Sud-Est. Chez lui, la cuisine est une affaire de famille. Il est né à Nice d'une famille italienne, qui a dirigé dans les années 1960 deux des enseignes gastronomiques les plus réputées de la Côte d'Azur à Villefranche-sur-Mer où, enfant, il passait ses vacances d'été en cuisine. C'est ce qui a motivé un début de carrière dans le domaine agroalimentaire. Mais l'appel du monde fut le plus fort, même si, quand il est en France, c'est en cuisine qu'on le découvre.
    William Navarrete, né à Cuba, est l'auteur de Vidalina. Interdit de voyager dans son pays d'origine, il s'est promis en venant en France de parcourir le monde. Il vit entre Paris et Nice. Outre son intérêt pour l'histoire et l'histoire de l'art, il évoque souvent dans ses livres les plats qui peuplent l'imaginaire de son enfance et de ses voyages.

  • L'aurore

    Selahattin Demirtas

    L'Aurore de Selahattin Demirtas, c'est le cri de la part éclairée d'un pays. Ce livre, écrit en prison, est en train de devenir un cri de ralliement et d'espoir.
    Des histoires kurdes dédiées « à toutes les femmes qui ont été assassinées et qui ont été victimes de la violence ».
    L'auteur aurait pu nous livrer un récit pesant sur les crimes d'honneur, le travail des enfants, l'exil ou la guerre, dans la Turquie et la Syrie contemporaines ; bien au contraire : il lui donne un ton drôle et irrésistiblement tendre. Subversif et obsédant aussi.

  • Dans le but de célébrer le chaurasi de leur grand-mère Chitralekha - soit son 84e anniversaire, très important selon la tradition népalaise -, ses petits-enfants se rendent à Gangtok, dans l'Etat lointain du Sikkim, en Inde du Nord-Est. Agastaya débarque de New York. Bien qu'il soit un médecin reconnu de trente-trois ans, il redoute l'inquisition familiale qui s'annonce puisqu'il n'est toujours pas marié, et il est même terrifié à l'idée que la raison de son célibat soit révélée au grand jour.
    Le rejoignent Manasa et Bhagwati, qui arrivent l'une de Londres et l'autre du Colorado. La première est surdiplômée d'Oxford, la seconde est une fugueuse déshonorée par sa famille. Tous trois affichent le même objectif : sortir indemne du chaurasi de leur grand-mère - un objectif qui s'éloigne au fur et à mesure qu'avancent les célébrations, d'autant plus qu'une servante acerbe et un quatrième invité inattendu se joignent à cette épique réunion de famille.

  • Selahattin Demirtas est incarcéré depuis le 4 novembre 2016 à Edirne, en Turquie, aux confins de la Grèce et de la Bulgarie ; il encourt une peine de 183 ans de réclu-sion parce qu'il croit en la liberté, la démocratie et la paix. Kurde de Turquie, avocat des droits humains, il est le leader charismatique du HDP, parti d'opposition pro-kurde et féministe, le plus progressiste du Proche-Orient. Après L'Aurore, écrit en prison et paru en 2018, qui a obtenu le prix Montluc Résistance et liberté et le prix Lorientales 2019, Selahattin Demirtas a continué d'écrire dans une geôle de douze mètres carrés et d'affirmer sa foi dans l'avenir.
    Elles se nomment Sevtap, Zeynep ou Esmer. Ils s'appellent Devran, Serhat ou Cemsid. Tous, quels qu'ils soient et d'où qu'ils viennent, on les reconnaît, ces gens ordinaires dont le destin se mêle à celui d'un pays, la Turquie. De l'intime au poli-tique, avec lucidité, humour et bienveillance, Selahattin Demirtas¸ évoque, dans une galerie de portraits.

  • C'est une famille dans l'Est de la France. Le père, originaire de Turquie, est un migrant économique des années 70. L'histoire commence quand revient Fatma, partie il y a plus de vingt ans aux États-Unis. À l'heure de Charlie Hebdo, elle retrouve le père, hospitalisé, sa soeur Élif, qui, après sa fuite, a dû prendre la tête de la famille, et les enfants. Ils vivent dans leur HLM de toujours. Pour ne pas se laisser entraîner dans l'hystérie qui s'empare de sa famille et de tout le pays, Fatma joue avec les mots et s'interroge sur le vivre ensemble.

  • Les 700 aveugles de Bafia retrace les trajectoires de deux femmes qui n'auraient jamais du se rencontrer : Damienne Bourdin, jeune Marseillaise, médecin des troupes coloniales fraîchement arrivée en Afrique pour travailler auprès du Dr Jamot, et Débora Edoa, infirmière auxiliaire indigène, princesse Ewondo. Nous sommes en 1929 au Cameroun. Le Dr Eugène Jamot, grand nom de la médecine tropicale, dirige la Mission Permanente de Prophylaxie de la Maladie du sommeil.
    A la tête d'une armée de médecins français et d'infirmiers indigènes, il tente de lutter contre la terrible maladie. Malheureusement une bavure médicale survient dans une subdivision sanitaire, qui produit plusieurs centaines d'aveugles, induisant au passage une révolte indigène. Damienne Bourdin, l'héroïne principale, se voit confier par Jamot la responsabilité d'exfiltrer l'infirmière Débora Edoa, dont la présence sur les lieux de la révolte est sur le point de compliquer la donne en provoquant une guerre tribale.
    Ce magnifique roman nous ramène dans l'Afrique Equatoriale Française de l'entre-deux guerres sous administration française, au fond d'une forêt sauvage dans laquelle sévit la trypanosomiase. Avec un immense talent, l'écrivain camerounais Mutt-Lon, prix Ahmadou Kourouma 2014, nous invite à redécouvrir à la fois l'oeuvre colossale du Dr Jamot dans sa lutte contre la maladie du sommeil et à nous plonger au coeur de l'affaire des 700 aveugles de Bafia au Cameroun, que la grande Histoire semble soucieuse d'occulter.

  • Furie

    Grazyna Plebanek

    Originaire de Kinshasa, Alia a cinq ans quand elle arrive à Bruxelles. La ville lui est étrangère, les enfants avec qui elle joue sont blancs. Son père l'initie à la boxe, qui devient pour elle le moyen de réprimer sa colère contre un monde hostile. Se cherchant une nouvelle famille, Alia finit par entrer dans la police. Elle devra alors sans répit prouver sa légitimité. Pour s'intégrer, jusqu'où sera-t-elle prête à aller ? Avec ce roman puissant et attachant, porté par de magnifiques voix de femmes, Grazyna Plebanek nous parle de la spirale de la violence, dans l'univers familial et face aux dangers portés par l'Histoire.
    Elle dresse ainsi un authentique portrait de l'immigration.

  • La Havane, 2010. Elba se retrouve seule. Ses enfants ont fui le pays, l'un pour Miami, l'autre pour le Mexique. Elle souhaite cependant les rejoindre en Floride mais les autorités des deux pays concernés ne lui accordent pas de visa car ils la considèrent comme une émigrante potentielle. C'est alors que le gouvernement espagnol vote la « loi de la mémoire historique » : aux Cubains, fils ou petits-fils d'Espagnols, qui prouvent leur filiation, Madrid leur accorde désormais demander la nationalité. Or Elba sait que Vidalina, son arrière-grand-mère, a eu un enfant avec un militaire originaire de Valence, mais personne ne connaît son histoire véritable. Commence une course contre la montre pour Elba qui doit prouver ses origines, et un long et beau voyage dans le temps au coeur de la Caraïbe...
    Avec Vidalina, William Navarrete nous raconte une belle histoire de femmes au coeur des relations rocambolesques, tragiques et parfois absurdes, entre Cuba, les Etats-Unis et l'Espagne, dans une langue baroque, où les mythes et légendes du Vieux Continent se mêlent aux histoires inédites du réalisme magique caribéen.

    Né à Cuba, William Navarrete vit en France car il lui est impossible de rentrer dans son pays. C'est pourquoi son oeuvre littéraire est publiée au Mexique et en Espagne. Francophone, il partage désormais sa vie entre Paris et Nice. Vidalina est son troisième roman.

  • Anissa vient de découvrir un secret de famille : son père était harki. Elle décide d'aller rendre visite à son oncle à Bab el-Oued pour comprendre ce qui, dans le passé, a fait exploser sa famille. Mais, en Algérie, tout la monde la fuit. Elle ne tarde pas à comprendre qu'un autre drame se joue là-bas. Son cousin, tout aussi égaré qu'elle, est embarqué dans une magouille internationale depuis qu'il est devenu le sosie de Barack Obama.
    C'est en essayant de lui prêter main forte que les histoires des uns et des autres vont se dévoiler et se libérer de l'emprise du passé. Sabrina Kassa est française. Journaliste, elle vit à Paris. Magic Bab el-Oued est son premier roman.

  • Betty s'efforce de vivre mais, à la nuit tombée, elle se cache et boit pour oublier la mort de son mari, Simon, et pour se souvenir de sa mère. Elle s'abrutit et s'effondre. Dans sa quête de la vérité, les images reviennent peu à peu. Des clichés tendres de l'enfance, une mère trop belle pour être vraie, des souliers rouges... et cette question lancinante : " Elle est où, maman ? " Cathy Galliègue aborde dans Et boire ma vie jusqu'à l'oubli un sujet tabou, celui de l'alcoolisme féminin, et nous offre un roman sans filtre sur la mémoire et le deuil, un diamant brut plein d'humanité et d'espoir.
    Après une carrière dans l'industrie pharmaceutique en France, elle est partie vivre en Guyane, où elle a animé pendant un saison une émission quotidienne littéraire sur la chaîne Guyane1ère et où elle se consacre désormais à l'écriture. Son premier roman, La nuit, je mens (Albin Michel, 2017), a remporté un succès d'estime, il est sélectionné pour le Prix Senghor 2018. Et boire ma vie jusqu'à l'oubli est son deuxième roman.

  • Originaire de Turquie, Ziné n'a pas revu son père depuis quinze ans, depuis qu'elle s'est mariée avec un Français et sans le consentement de sa famille. Maintenant qu'elle a divorcé, elle voudrait renouer avec lui mais elle craint d'être la cible d'un crime d'honneur. Ziné se met à fréquenter le milieu kurde dans le quartier où vit son père, le dixième arrondissement parisien. Elle se confronte alors à l'histoire du son pays natal, le Kurdistan.
    Mais pas seulement... Ziné retrouve sa mémoire de petite fille. Elle raconte alors la vie d'une famille kurde de Turquie, dont les parents communistes, engagés contre l'obscurantisme, le matérialisme et le patriarcat, sont arrêtés, emprisonnés et rejetés par la famille, les déménagements incessants entre Gaziantep et Istanbul, sous l'autorité exclusive du grand-père, le souffle commun aux femmes kurdes et alévies, les discussions secrètes des parents dans la langue natale interdite, leur départ, sa solitude, puis son exil quand elle les rejoint enfin en France.
    Au fur et à mesure de son introspection, Ziné se réapproprie sa vie. Sa découverte de l'oppression des minorités, auxquelles elle essaie de s'identifier, l'obsède tant qu'elle hésite désormais à s'engager, comme ses parents jadis, en rejoignant la résistance kurde. Dans ce va-et-vient entre l'enfance et l'âge adulte, entre la Turquie et Paris, entre la tradition familiale et la question politique, Dora Djann explore avec humour et résilience la relation père-fille et livre dans ce premier roman le destin d'une jeune femme française aux prises avec ses racines.

  • Un inconnu arrive dans une communauté qui a fui les dérèglements du monde moderne pour créer une cité idéale au coeur de la nature. Les habitants l'accueillent tel un prophète venu les sauver d'un curieux phénomène : les femmes perdent leur premier-né, sans que personne ne sache pourquoi. Mais sa présence révèle les dérives de cette utopie, où les valeurs fondamentales tendent à disparaître et les relations à se détériorer.
    L'étranger est-il la cause d'un tel désastre ? Ou est-il manipulé? C'est ce que cherche à comprendre la rebelle et attachante Hateya, guérisseuse de la communauté.

  • Le narrateur a perdu sa mère. Il erre entre la réalité du deuil et la fiction pour conjurer la mort. Lui, l'enfant de la République, le beur, dont le parcours est reconstitué depuis l'enfance, cherche, à travers deux figures du passé, à rendre la rupture intelligible. Il part à la rencontre du Ghassanide, poète contrarié devenu chef des armées du Calife Abd el-Malek, et narre son épopée pendant l'Âge d'or de l'Islam.
    La deuxième vague de la conquête vers l'ouest mène les cavaliers arabes au Maroc, où Maysara, fils d'un porteur d'eau berbère, distingué pour ses dons exceptionnels, est initié aux arts du livre. Rebelle dans l'âme, il soulève une armée, puis s'autoproclame Calife. Son règne est bref, il est exécuté. Le roman se referme. Le deuil est surmonté. Le narrateur réussit par l'écriture à résoudre l'énigme de sa présence au monde et à réconcilier les trois cultures, occidentale, arabe et berbère, dont il est issu.

    De la Syrie au temps de la splendeur omeyyade à sa Kabylie berbère, Zadig Hamroune, dans une langue précise, vivante et colorée, nous emmène dans un merveilleux voyage littéraire, où il réussit le pari de dire, entre la réalité du deuil et la nuit onirique du conte oriental, ce qu'est l'absence et la mort de l'être aimé sans jamais répéter ce qui a déjà été écrit mille fois.

  • L'odyssee des oublies Nouv.

    Comment Sembouyané et son ami d'enfance Idy, tous deux originaires d'un petit village d'Afrique de l'Ouest, un écrivain mondialement connu et une jeune orpheline se retrouvent-ils sans identité sur les routes de la migration et de la clandestinité ?
    Au fil d'une terrible et intense odyssée entre la côte occidentale de l'Afrique et la Méditerranée, Khalil Diallo nous conte l'histoire de Sembouyane et de ses compagnons d'infortune et nous embarque dans le flux de ces milliers de migrants prêts a` traverser le désert et la mer dans l'espoir d'un avenir meilleur. Rien ne leur sera épargné mais, malgré les désillusions et les souffrances, il est toujours possible de rêver, de prendre une décision et de se battre pour son droit inaliénable et universel a` la dignité.
    Dans une langue lyrique et poétique, ou` le réalisme magique n'est jamais loin, L'Odyssée des oubliés dresse un tableau sans concession de l'Afrique d'aujourd'hui et nous livre cependant un roman d'exil et d'espoir.

  • Bal masque Nouv.

  • L'amour au temps des scelerats Nouv.

    Une histoire d'amour dans un des lieux les plus outragés de la planète par l'intolérance religieuse, la guerre perpétuelle, la tyrannie meurtrière : le Proche-Orient.



    Tout commence quand se présente, à la frontière entre Turquie et Syrie, un étrange candidat au Jihâd, français et converti, du nom de Tammouz. Qui est-il, cet avatar du diable, aimé des chats et fâché avec son Patron?

    Parti à la recherche de la femme qu'il a follement aimée , il rencontre sur sa route Zayélé, adepte d'une vieille religion minoritaire, mais aussi Adams, pilote de drone, engagé avec le Kurde Ferhat dans les forces démocratiques syriennes qui se battent contre Daesch, ou encore Houda et Yassir, l'apprentie artiste et son amant, tous les deux en fuite... Des personnages authentiques, attachants et surprenants qui, dans une Syrie devenue folle, devront choisir entre conscience et survie.



    Confronté aux violences qui secouent la Syrie, Anouar Benmalek n'a peur de rien et, d'une plume acérée, nous livre, avec L'Amour au temps des scélérats, un grand roman d'amour et d'aventure, intense, efficace, tragique, drôle et universel.



    Mathématicien, auteur d'une quinzaine de livres, plusieurs fois primé, traduit dans une dizaine de langues, le romancier franco-algérien Anouar Benmalek est considéré comme « l'écrivain algérien le plus talentueux depuis Kateb Yacine ».

    Depuis 2015, il n'a plus publié jusqu'à sa rencontre avec Emmanuelle Collas autour de la guerre en Syrie, de la littérature et de l'édition.



    La presse en parle « Art de visionnaire. » Le Monde « Un Faulkner méditerranéen. » L'Express « Un imaginaire romanesque exceptionnel. » Le Magazine Litte?raire « En vrai romancier, impitoyable dans sa relation des faits, plein de compassion envers ses personnages. » Le Figaro

empty