Aharon Appelfeld

  • C'est l'été 1938 en Europe centrale. Et comme chaque année ils sont là, sur la rive, en villégiature.

    Il y a Rosa Klein, qui lit dans les lignes de la main. Mais peut-on se fier à ses prédictions ? Et Karl Koenig, l'écrivain. Pourquoi fréquente-t-il les autres vacanciers au lieu de consacrer toute son énergie au roman qu'il est en train d'écrire ? Qui sont vraiment « l'homme à la jambe coupée » et la jeune femme amoureuse que tous les Juifs appellent par l'initiale de son prénom ? Et le père et la mère d'Erwin, l'enfant si sensible à l'anxiété de ceux qui l'entourent ?

    Dans ce roman magistral publié quelques années avant sa mort, Aharon Appelfeld tisse les questions intimes, littéraires et métaphysiques qui l'ont accompagné toute sa vie. Sous sa plume, ces dernières vacances avant la guerre sont le moment où l'humanité se dévoile dans ses nuances les plus infimes, à l'approche de la catastrophe que tous redoutent sans parvenir à l'envisager.

  • Allongé au pied d'un chêne, Theo contemple le ciel. Lorsque le jeune homme ferme les yeux, il revoit la silhouette élancée de sa mère, entend ses soupirs d'émerveillement devant la beauté des églises qu'elle vénérait tant. Ces souvenirs-là, Theo les a chéris pour affronter l'horreur, l'ignominie des camps. La guerre est finie désormais. La tête haute, il reprend la route et marche vers son destin.

  • Histoire d'une vie

    Aharon Appelfeld

    Comment un enfant ayant tout perdu peut-il survivre seul dans les sombres forêts ukrainiennes ? Aharon Appelfeld a 10 ans lorsqu'il s'échappe du camp. Son errance le conduira, quatre ans plus tard, en Palestine. Plongé dans le silence depuis le début de la guerre, il apprend une nouvelle langue. Il l'utilisera désormais pour tenter de relier les différentes expériences de sa vie à leurs racines perdues.

  • Les partisans

    Aharon Appelfeld

    Après son évasion d'un camp, le jeune et intrépide Edmund s'est réfugié auprès d'un groupe de partisans. Ces résistants juifs survivent en territoire occupé. Organisés autour de leur chef Kamil et de la vieille Tsirel, ils sont bien davantage que des âmes en sursis. Ils tendent des embuscades aux Allemands, font dérailler leurs trains, et entretiennent l'espoir grâce à la prière et à la fraternité...

  • L'amour soudain

    Aharon Appelfeld

    Un écrivain à l'automne de sa vie, une jeune fille dévouée : Ernest et Iréna sont dépassés par un amour improbable, fulgurant. Les portes de l'intime s'entrouvrent, les secrets de l'existence s'éclairent d'un jour nouveau. L'amour, soudain, repeuple les souvenirs d'une vie traversée par l'Histoire.

  • Ouvre les yeux ! Lentement, ses paupières clignent, il émerge des rivages paisibles du sommeil, là où ses parents sont encore vivants, où les ghettos et les camps n'existent pas, ni la faim, le froid, la douleur. Les yeux mi-clos, ballotté de train en refuge, de Naples à la Palestine, Edwin, 17 ans, a tout perdu et tente de revenir à la vie. À quoi bon se réveiller si personne ne vous attend ?

  • Tsili

    Aharon Appelfeld

    1942. Tsili Kraus a douze ans et vit dans un petit village d'Europe centrale. Quand la haine anti-juive éclate au grand jour, tous s'enfuient, laissant Tsili seule pour garder la maison. Et personne ne revient. Tsili doit lutter pour survivre. Elle se nourrit de fruits sauvages, vole, mendie, jusqu'à ce qu'elle rencontre Marek, évadé d'un camp, et qui se cache lui aussi.

  • À la fin des années 1930, au bord de la rivière Pruth, en Europe de l'Est, la pension Zaltzer est fréquentée chaque été par des habitués. Célibataires et juifs pour la plupart, ils s'y retrouvent pour jouer aux cartes, boire et faire l'amour. Cet été-là, beaucoup manquent à l'appel. L'ambiance n'est plus la même, la première partie de poker n'est jamais lancée. La pluie fait déborder le fleuve et dévaste la cour d'habitude si conviviale. Dans une atmosphère de catastrophe, les quelques amis rassemblés assistent à la désagrégation de leur monde.

  • - Bruno Brumhart a connu l'innommable : le ghetto, la déportation, la fuite du camp et une longue errance dans la forêt. Après ces épreuves, le retour dans le monde normal est impossible. Conscient qu'il lui faut inventer une autre manière de vivre, et en souvenir de l'altruisme de ses parents communistes, il décide d'ouvrir un lieu d'accueil pour les anciens déportés dans un château près de Naples. Lieu des colères, des désespérances, mais aussi de joies et de fraternité, comme une étape vers le retour à la vie.

    - Né en 1932, Aharon Appelfeld est considéré comme l'un des plus grands écrivains israéliens. Il a obtenu le prix Nelly-Sachs en 2005 pour l'ensemble de son oeuvre. Il est l'auteur notamment de Histoire d'une vie (prix Médicis étranger 2004), L'Immortel Bartfuss, Le Temps des prodiges et L'Amour, soudain, tous disponibles en Points.

  • Badenheim 1939

    Aharon Appelfeld

    « Le printemps était de retour à Badenheim. On entendait carillonner les cloches de l'église proche de la ville. Les ombres de la forêt battaient en retraite » : dans cette jolie petite station thermale autrichienne où il fait bon vivre, on se prépare joyeusement à accueillir le Festival de musique organisé par le Dr Papenheim. Les vacanciers envahissent les rues, les artistes répètent, les jardins sont en fleurs. Pourtant, en ce printemps 1939, la présence d'un étrange « service sanitaire » intrigue et bientôt inquiète... Imperceptiblement, Badenheim se métamorphose et l'angoisse prend le pas sur l'insouciance.

  • Le temps des prodiges

    Aharon Appelfeld

    Depuis quelque temps, mon père et ma mère ont un comportement étrange... Pourquoi prononcer avec autant de honte et de fierté mélangée le mot « juif » ? Pourquoi mon père, écrivain autrichien renommé, est-il soudain qualifié de parasite ? Imperceptiblement, mais sûrement, le monde est en train de changer...

  • Grandpa Sergei, un ancien soldat, devenu aujourd'hui un vieil homme aveugle et Janek, un garçon juif placé sous sa protection, effectuent un long voyage. En toile de fond, la seconde Guerre Mondiale fait rage, les deux compagnons vont de village en village pour mendier et luttent pour leur survie. Les épreuves rencontrées prennent une dimension mythologique et Yanek ne trouve son destin qu'à l'issue de cette migration.

  • Katerina

    Aharon Appelfeld

    Katerina, simple paysanne chrétienne, retourne dans son village natal d'Ukraine soixante ans après son départ. Elle se remémore sa jeunesse, dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, du temps où elle servait chez des juifs. C'est là qu'elle s'ouvrit au monde, cruel et magnifique, et découvrit la chaleur d'un foyer. Appelfeld campe un personnage qui a assisté, impuissant, à l'horreur de la Shoah.

  • Floraison sauvage

    Aharon Appelfeld

    Frère et soeur, Gad et Amalia ont reçu un étrange héritage : ils ont la garde d'un cimetière juif au sommet d'une montagne des Carpates... Pour affronter la dureté des mois d'hiver, ils prennent l'habitude de boire. L'évocation de leur enfance dans la plaine les réconforte et resserre de jour en jour le lien qui les unit. Un lien si fort que le trouble s'installe en eux...

  • La mère de Hugo a fui pour échapper au ghetto et à la déportation.
    Confié à Mariana, une prostituée, l'enfant se trouve confiné dans un réduit glacial dont il ne peut jamais sortir. Son existence est suspendue aux bruits et aux scènes qu'il devine à travers la cloison : il prend conscience du massacre des juifs et s'éveille aux mystères de la sexualité.

  • Bartfuss est immortel. Évadé d'un camp de la mort, il s'est caché dans les forêts avoisinants, puis s'est réfugié sur la côte italienne, avant d'embarquer pour Israël. Il a survécu avec plus de cinquante balles dans le corps. Parfois, pris d'une irrépressible envie de vivre, une mystérieuse force l'oblige à attendre. Seul, étranger aux autres, est-il condamné à vivre avec les fantômes du passé ?

  • Les trois conférences rassemblées ici mêlent des réflexions et des impressions ancrées dans la tourmente d'une enfance prise dans la Shoah, puis dans l'errance à travers les ruines de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale et dans une enfance tardive en Israël. C'était qui, c'était quoi, un juif ? En quête de réponse, Aharon Appelfeld examine les répercussions émotionnelles et psychiques de la Shoah. Pour les juifs de sa génération, l'assimilation avait cessé d'être un but, c'était devenu un héritage, un way of life. La destruction par la Shoah du système des croyances qui soutenaient leur vie, la structuraient et lui donnaient un sens, ajouta à leurs douleurs physiques et morales une souffrance spirituelle incommensurable. L'expérience de la Shoah a été soumise à la mémoire : les survivants ont créé un corpus impressionnant de souvenirs. Elle a aussi été l'objet d'innombrables recherches englobant l'arrièreplan historique, social et psychologique de la période, et portant sur ce qu'étaient les circonstances. Il s'agit à présent de questionner ce qu'ont dû être les circonstances, autrement dit de faire passer l'expérience atroce de la catégorie de l'histoire à celle de l'art. Aharon Appelfeld, qui a consacré la plupart de ses écrits à des histoires et à des nouvelles, pense que « seul l'art a le pouvoir de sortir la souffrance de l'abîme ».

  • The haunting story of a Jewish family in Eastern Europe in the 1930s that prefigures the fate of the Jews during World War II.
    At the center is nine-year-old Paul Rosenfeld, the beloved only child of divorced parents, through whose eyes we view a dissolving, increasingly chaotic world. Initially, Paul lives with his mother-a secular, assimilated schoolteacher, who he adores until she "betrays" him by marrying the gentile André. He is then sent to live with his father-once an admired avant-garde artist, but now reviled by the critics as a "decadent Jew," who drowns his anger, pain, and humiliation in drink. Paul searches in vain for stability and meaning in a world that is collapsing around him, but his love for the earthy peasant girl who briefly takes care of him, the strange pull he feels towards the Jews praying in the synagogue near his home, and the fascination with which he observes Eastern Orthodox church rituals merely give him tantalizing glimpses into worlds of which he can never be a part.
    The fates that Paul's parents will meet with Paul as terrified witness-his mother, deserted by her new husband and dying of typhus; his father, gunned down while trying to stop the robbery of a Jewish-owned shop-and his own fate as an orphaned Jewish child alone in Europe in 1938 are rendered with extraordinary subtlety and power, as they foreshadow, in the heart-wrenching story of three individuals, the cataclysm that is about to engulf all of European Jewry.
    From the Hardcover edition.

  • The youngest, least-favored member of an Eastern European Jewish family, Tzili is considered an embarrassment by her parents and older siblings. Her schooling has been a failure, she is simple and meek, and she seems more at home with the animals in the field than with people. And so when her panic-stricken family flees the encroaching Nazi armies, Tzili is left behind to fend for herself. At first seeking refuge with the local peasants, she is eventually forced to escape from them as well, and she takes to the forest, living a solitary existence until she is discovered by another Jewish refugee, a man who is as alone in the world as she is. As she matures into womanhood, they fall in love. And though their time together is tragically brief, their love for each other imbues Tzili with the strength to survive the war and begin a new life, together with other survivors, in Palestine. Aharon Appelfeld imbues Tzilis story with a harrowing beauty that is emblematic of the fate of an entire people.

  • Katerina, simple paysanne chrétienne, retourne dans son village natal d'Ukraine soixante ans après son départ. Elle se remémore sa jeunesse, dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, du temps où elle servait chez des juifs. C'est là qu'elle s'ouvrit au monde, cruel et magnifique, et découvrit la chaleur d'un foyer. Appelfeld campe un personnage qui a assisté, impuissant, à l'horreur de la Shoah.

  • In spare, haunting, almost hallucinogenic prose, the internationally acclaimed, awardwinning novelist shares with usyes'>#8211;for the first timeyes'>#8211;the story of his own extraordinary survival and rebirth.Aharon Appelfeldyes'>#8217;s childhood ended when he was seven years old. The Nazis occupied Czernowitz in 1941, penned the Jews into a ghetto, and, a few months later, sent whoever had not been shot or starved to death on a forced march across the Ukraine to a labor camp. As men, women, and children fall away around them, Aharon and his father (his mother was killed in the early days of the occupation) miraculously survive, and Aharon, even more miraculously, escapes from the camp shortly after he arrives there.The next few years of Aharonyes'>#8217;s life are both harrowing and heartrending: he hides, alone, in the Ukrainian forests from peasants who are only too happy to turn Jewish children over to the Nazis; he has the presence of mind to pass himself off as an orphaned gentile when he emerges from the forest to seek work; and, at waryes'>#8217;s end, he joins the stream of refugees as they cross Europe on their way to displaced personsyes'>#8217; camps that have been set up for the survivors. He observes the full range of personalities in the campsyes'>#8211;exploitation exists side by side with compassionyes'>#8211;until he manages to get on a ship bound for Palestine. Once there, Aharon attempts to build a new life while struggling to retain he barely remembered fragments of his old life (everyone urges him simply to forget what he had experienced), and he takes his first, tentative steps as a writer. As he begins to receive national attention, Aharon realizes his lifeyes'>#8217;s calling: to bear witness to the unfathomable. In this unforgettable work of memory, Aharon Appelfeld offers personal glimpses into the experiences that resonate throughout his fiction.From the Hardcover edition.

  • A new novel from the award-winning, internationally acclaimed Israeli writer (“One of the greatest writers of the age”--The Guardian), a haunting, heartbreaking story of love and loss. The ghetto in which the Jews have been confined is being liquidated by the Nazis, and eleven-year-old Hugo is brought by his mother to the local brothel, where one of the prostitutes has agreed to hide him. Mariana is a bitterly unhappy woman who hates what she has done to her life, and night after night Hugo sits in her closet and listens uncomprehendingly as she rages at the Nazi soldiers who come and go. When she’s not mired in self-loathing, Mariana is fiercely protective of the bewildered, painfully polite young boy. And Hugo becomes protective of Mariana, too, trying to make her laugh when she is depressed, soothing her physical and mental agony with cold compresses. As the memories of his family and friends grow dim, Hugo falls in love with Mariana. And as her life spirals downward, Mariana reaches out for consolation to the adoring boy who is on the cusp of manhood. The arrival of the Russian army sends the prostitutes fleeing. But Mariana is too well known, and she is arrested as a Nazi collaborator for having slept with the Germans. As the novel moves toward its heartrending conclusion, Aharon Appelfeld once again crafts out of the depths of unfathomable tragedy a renewal of life and a deeper understanding of what it means to be human.

  • From the award-winning, internationally acclaimed writer (yes'>ldquo;One of the best novelists aliveyes'>rdquo; yes'>mdash;Irving Howe): a Jewish woman marries a gentile laborer in turn-of-the-century Austria, with disastrous results.yes'>#160;A high school honor student bound for university and a career as a mathematician, Blanca lives with her parents in a small town in Austria in the early years of the twentieth century. At school one day she meets Adolf, who comes from a family of peasant laborers. Tall and sturdy, plainspoken and uncomplicated, Adolf is unlike anyone Blanca has ever met. And Adolf is awestruck by beautiful, brilliant Blanca–even though she is Jewish. When Blanca is asked by school administrators to tutor Adolf, the inevitable happens: they fall in love. And when Adolf asks her to marry him, Blanca abandons her plans to attend university, converts to Christianity, and leaves her family, her friends, and her old life behind.yes'>#160;Almost immediately, things begin to go horribly wrong. Told in a series of flashbacks as Blanca and her son flee from their town with the police in hot pursuit, the tragic story of Blanca’s life with Adolf recalls a time and place that are no more but that powerfully reverberate in collective memory.From the Hardcover edition.

empty